20120620

Report 1 (Le Lautrec, Drone de soirée)




67 kg habillé + 33 kg de matos (plus ou moins repartis équitablement sur chacune des deux épaules) ça faisait un moment que je me posais cette question.... 478 km pour arriver à la capitale, distance parcouru à une vitesse comprise entre 5 et 300 km/h.... Mon set ? 30 minutes (grosso).....

Il faisait hier un temps lourd et chargé, le métro transpire autant que la profusion de sons. Lorsque j'me couche vers 00 h 40, la vie de la ville continue,  un tas de cycles entremêlés, enchevêtres,  jamais de repos....   

En arrivant passage direct chez Anton Mobin qui me montre et m'explique plein de trucs, dont les modification techniques de sa home-émission de radio, AMSW, qui devient juste quelque chose de toujours plus génial. On est aller ensuite récupérer un double dans le nouvelle atelier (très classe) d'Ambre, maté quelques nouveaux fameux dessins de la fresque historique des Anabaptises, un projet bien bien classe.  Mon passage à Paris vas se concentrer sur la ligne N°2, les 3 dates, les potes, l'atelier, c'est drôle, c'est bien.  

Vers 18 h 30 nous étions, Anton et moi au fameux
Lautrec, pour cette drone de soirée (les barmen de tous ces rades Parisien se ressemblent quand même pas mal (sans vouloir généralisé), adorables mais juste avec leurs potes), bref on arrive donc et Thomas de RockPost qui organise la soirée nous annonces tout emmerdé qu'il y a une couille et que deux soirées sont programmées ce soir. Uchhh ! Coup dure. Deux jeunes Berlinois (qui font tout autre chose) se radinent et le compromis amputera la soirée....
La soirée s'ouvre avec la pièce de théatre : My house is nowhere, une sorte de cri féministe, quelque chose qui se passe dans les tripes et qui n'en sort pas. L'actrice inonde et déborde d'émotions, et la pièce joue sur différent plans de représentations de la réalité, c'était pas mal du tout, peut être et même surement que les chansons choisis vont trop exactement dans le même sens (ce qui a mon avis fait sortir du viscérale pour aller vers le pathos), mais c'est du détails car c'était bien. 
Ensuite DMC premier test de ce nouveau solo, pas de couille technique, quelques loupés liés encore et toujours à l'inattention et à la précipitation, rien de bien méchant mais ce soir j'essaierais de faire mieux. Des bon retours dans tout les cas. cool cool ! 
Puis Derek M Poteat (Ahleuchatistas) un solo de basse sculpté dans le bruit, le rythme, et l'intensité. Je suis arrivé sur le 10 dernière minutes mais oui "Arch !"
Derek rejoue ce soir aussi à la "la cantine de belleville", 108 bd de belleville, 75019 Paris j'essaierais d'en profiter plus.   

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.