20130217

Michel Platiniste, le 20 mars à la MLIS villeurbanne_69100



Michel Platiniste 
(((Mercredi 20 Mars à 11 et 14 h 00 dans l’auditorium de la M.L.I.S. )))
247 Cours Emile Zola, 69100 Villeurbanne. 

 Une performance didactique autours du vinyle, à partir de 8 ans. 

Michel Platiniste est un trio formé (par Der Kommissar, Le Frigo et DMC) suite à l'invitation de la Discothèque de la M.L.I.S. à utiliser son fond microsillon. 
 

////////un peu d'histoire\\\\\\\\\

1857 Léon Scott de Martinville construit son phonautographe : un stylet, mis en vibration par une membrane recevant la pression acoustique, trace l'ondulation correspondante sur une plaque de verre enduite de noir de fumée et se déplaçant régulièrement.
1877 Charles Cros donna la description d'un appareil qu'il nomme paléophone : Le principe de l'enregistrement et de la reproduction sonore sur disques était trouvé, mais il demeura dix ans à l'état d'idée, sans connaître de réalisation pratique.
1877 Thomas Alva Edison fit construire le phonographe ; une machine de bureau destinée à dicter le courrier.
1888 Emile Berliner développe les idées de Charles Cros avec le gramophone.
1889 Thomas Alva Edison fit construire le phonographe perfectionné
1898 Les frères Berliner fondent la compagnie Deutsche Grammophon Gesellschaft
1926 L'application de la lampe triode permit l'invention de l'amplificateur. Le gramophone devint électrophone, et d'« acoustique », l'enregistrement, devint  « électrique ».
1939 La Seconde Guerre Mondiale éclate ; l'arrêt de l'approvisionnement en shellac, produit de raffinage de résines végétales importées du Sud-Est asiatique, oblige à trouver un substitut. Les producteurs de disques, découvrent alors le vinyle, une résine de plastique dérivée du pétrole.
1939 John Cage introduit le phonographe en tant qu’instrument de musique dans sa composition  « Imaginary landscape N°1 », pour piano, cymbales et phonographes à vitesse variable. 
1944 Le Belge René Snepvangers dirige l'équipe de recherche qui réalisa le premier 33 tours
1945 L’enregistrement du son, amélioré de façon spectaculaire grâce aux progrès réalisés pendant la guerre, se développe dans le domaine civil. Dans les matériaux utilisés dans la fabrication du disque, la cire est remplacée par une laque sur un support en aluminium.
1946 La firme Columbia édite le premier micro-sillon sur un 33t/mn (ce sont des œuvres de Mendelssohn et Tchaïkovski). Ce support permet d'enregistrer environ trente minutes par face, c'est le "LP" (long play). L’utilisation de matières synthétiques thermoplastiques permette de réduire considérablement le bruit de fond et d'augmenter la gamme des fréquences. Les sillons très fins ont imposé naturellement l'utilisation de têtes de lecture très légères et de pointes à saphir spéciales ce qui imposait l’utilisation d’un pick-up électrique. La vitesse de rotation des disques est  réduite des 78 tr/mn primitifs à 33 tours 1/3.
1947 – 1991 durant la période de la guerre froide la culture pop s’introduit dans le bloc Est via tout support susceptible d’être gravé, avec notamment les x-rays phonographique.
1948 La commercialisation des "LP" débute. Les tables de lectures sont fabriquées par Philco.
1949 Etats-Unis Apparition sur le marché d'un nouveau format de disque : le 45 t/mn, d'un diamètre de 17 cm, lancé par RCA (le "SP" - single play)
1951 Le premier microsillon 45 tours sort en France.
1956 La société "Audio Fidelity" lance sur le marché les premiers 33 tours stéréophoniques, alors qu'il n'existe aucune cellule pour les lire... L'enregistrement stéréophonique est effectué dans un seul sillon du disque à deux canaux sonores. Il s'agit d'un compromis entre l'enregistrement en profondeur d'Edison et l'enregistrement latéral de Berliner.
1957 Quasi-abandon du format 78 t/mn
1967 En Jamaïque un opérateur de sound system du nom de Ruddy Redwood, affilié à Duke Reid invente le dub, en oubliant de mettre la piste vocale du tube des Paragons « On the Beach ».
1971 On trouve sur le marché des disques avec quatre enregistrements dans un seul sillon ; mais la quadriphonie ne connaît pas le succès.
1973 A New-York, DJ Kool Herc invente le Merry-Go-Round (premise du Beat-Juggling).
1975 Alors que sa mère l'appelle, Grand Wizard Theodore pose la main sur la platine pour arrêter le vinyle et invente le scratch.
1975 Grand Master Flash élabore la technique du PFL (qui offre la possibilité d’une pré-écoute du morceau à jouer et qui mettra la précision aux techniques découvert par Kool Herc) et du Quick-Mix.
1976 Après les Etats-Unis, le Maxi 45 tours arrive en France.
1978 Le premier choc pétrolier augmente le coût du cycle chauffage-refroidissement. Le coût des disques est trop élevé, on rogne alors sur la qualité à tous les stades : on réduit les contrôles, on remplace les ingénieurs de gravure renommés par des jeunes, on réalise des disques moins lourds, on fait évoluer la composition du vinyle et on utilise des pâtes recyclées...
1979 Christian Marclay porte une platine en bandoulière.
1980 Martin Tétreault  découpe des formes géométrique sur des vinyles et a l’idée de les lire.
1986 DJ Badu utilise le terme turntablism pour désigner l'art de manier les platines ou de s'en servir comme d'un instrument à part entière.
1987 Le groupe KLF jette leur stock de disques dans la mer du Nord suite
à leur procès pour sampling abusif.
1989 The invisible scratch pickles forme un des premiers groupes de turntablist
1990 Otomo Yoshihide forme Ground Zero
2004 Q Bert dessine la QFO pour vextax.
[…]